Sommaire de la publication

Sommaire de la publication

Mc Hugh, R., Y. BĂ©dard, F. Hubert, 2007, Potentiel de la structure matricielle pour optimiser l’analyse des donnĂ©es gĂ©odĂ©cisionnelles, GĂ©oCongrès QuĂ©bec 2007, 2 au 5 octobre, QuĂ©bec, Canada

Résumé

La fin des annĂ©es 1990 a Ă©tĂ© marquĂ©e par l’arrivĂ©e de nouvelles solutions gĂ©omatiques dĂ©cisionnelles, nommĂ©es SOLAP (Spatial On-Line Analytical Processing). NĂ©s du couplage des technologies OLAP et des systèmes d’informations gĂ©ographiques (SIG), les outils SOLAP fournissent des moyens efficaces pour facilement explorer et analyser des donnĂ©es spatiales et non-spatiales, Ă  diffĂ©rents niveaux de dĂ©tail. Ă€ la suite de l’utilisation des outils SOLAP, dans des domaines tels que le transport, la santĂ© ou la foresterie, certaines limites ont pu ĂŞtre identifiĂ©es en lien avec les possibilitĂ©s d’analyses spatiales des donnĂ©es gĂ©odĂ©cisionnelles. Les analyses spatiales prĂ©sentement accessibles dans les applications SOLAP, doivent ĂŞtre prĂ©calculĂ©es, ce qui augmente la performance du système mais, par le fait mĂŞme, restreint les possibilitĂ©s d’analyses. De plus, les outils SOLAP ne supportent actuellement que la structure vectorielle (point, ligne, polygone). Or, les analyses spatiales en mode vectoriel sont souvent complexes, lourdes et demandent une quantitĂ© importante de requĂŞtes SQL en plus de s’appliquer uniquement Ă  des objets spatiaux explicites.

Alors, il est souvent trop lourd de prĂ©calculer ces analyses spatiales afin de les rendre disponibles dans les applications dĂ©cisionnelles. D’un autre cĂ´tĂ©, la simplicitĂ© de la structure matricielle, dont la topologie est explicite par la position de chaque cellule dans une grille et pour laquelle les opĂ©rateurs sont simples, pourrait offrir une alternative intĂ©ressante, voire complĂ©mentaire, pour effectuer certaines analyses spatiales (en particulier celles orientĂ©es vers le territoire plutĂ´t que vers les objets). Cet article prĂ©sente « si » et « comment » les applications SOLAP peuvent bĂ©nĂ©ficier du potentiel des analyses matricielles, en complĂ©mentaritĂ© aux analyses vectorielles, voire mĂŞme du potentiel d’en effectuer certaines Ă  la volĂ©e. L’ajout de nouvelles fonctionnalitĂ©s d’analyses aux outils gĂ©odĂ©cisionnels vise Ă  apporter une plus grande possibilitĂ© de synthèse, d’agrĂ©gation et d’exploration des donnĂ©es spatiales. Afin de bien illustrer ce potentiel, nous utiliserons une application dans un contexte de gestion territoriale, plus prĂ©cisĂ©ment de gestion forestière.